Le Voyage Lyrique - Initiation à l'opéra

Le Voyage Lyrique - Initiation à l'opéra

Pourquoi écouter Puccini?

Giacomo Puccini

(1858-1924)

 

Pourquoi écouter Puccini ?

 

Giacomo Puccini est un des compositeurs d’opéras les plus populaires au monde. Poussant au plus loin la caractérisation des personnages et l’introspection humaine, ses œuvres de Puccini parlent à notre sensibilité comme nulles autres. Non content d’avoir laissé à la postérité de nombreux airs célèbres, dont le fameux « Nessun Dorma » de Turandot, Puccini a su  utiliser le pouvoir de la musique pour sublimer les émotions humaines. Ses opéras ont une portée universelle : les sorts tragiques de Mimi, Madama Butterfly ou Tosca ne peuvent laisser personne indifférent.

 

Puccini fut dans une certaine mesure un représentant du style « vériste », ce courant musical en vogue en Italie à l’époque, qui avait une vision de la vie humaine pessimiste et tragique. Il s’en écarte toutefois en de nombreux aspects, notamment par son romantisme indestructible.

 

Puccini met au service de ses œuvres, d’une concision dramatique exceptionnelle, une musique résolument moderne et une orchestration d’une complexité encore jamais atteinte dans la musique italienne.  Puccini a su trouver un équilibre entre écriture vocale lyrique et langage harmonique original. Il a intégré à l’opéra italien les évolutions musicales en cours chez les musiciens allemands et français, tout en lui conservant son lyrisme caractéristique

 

Le saviez-vous ?

Le film de Nicolas Ray Johnny Guitare avec Sterling Hayden et Joan Crawford a fortement été inspiré par La Fanciulla del West, premier western de l’histoire.

L’air du ténor de La Fanciulla del West « Ch’ella mi creda » était chanté par les soldats italiens pendant la Première Guerre Mondiale pour se donner du courage.

 

 

Quelles œuvres écouter ?

 

Amateur d’histoires parisiennes romantiques ? Ecoutez La Bohème. Vous vous retrouverez sous les toits du quartier latin, sans chauffage, mais jeune et joyeux.

Amateur de drames sanglants ? Partez à Rome et frémissez devant les manigances du terrible chef de la police, Scarpia pour séduire la belle cantatrice Tosca tout en torturant son amant sous ses yeux.

Amateur de drames romantiques et exotiques ? Vous pleurerez sur le sort de la belle Butterfly, la geisha abandonnée par son bel amant américain.

Besoin d’un peu de fantaisie ? Gianni Schicchi vous dévoile ses tours pour voler l’héritage d’une famille de grippe-sous florentins.

Envie d’un spectacle grandiose ? Sous les ors de la Pékin antique, la flamboyante et glaciale Turandot vous posera ses trois énigmes mortelles.

Vous aimez les westerns spaghettis ?  Savez-vous que le premier d’entre eux fut un opéra ? Pendant la ruée vers l’or, l’héroïne de La Fanciulla del West joue la vie de son amant au poker contre le shérif.

 

L’univers de Puccini est vaste. Plongez-y et vous ne finirez pas de vous régaler.

 

 

 

 

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir

les nouveaux articles du Voyage Lyrique.

 

 Biographie

 

Puccini naît à Lucca en 1858. Issu d’une longue lignée de compositeurs, il reçoit une formation en musique religieuse. Ce n’est qu’en entendant Aida à l’âge de 18 ans qu’il découvre sa vocation de compositeur d’opéra. En 1880, Puccini intègre le Conservatoire de Milan où il étudie auprès de Antonio Bazzini et Amilcare Ponchielli. Ce dernier est un compositeur d’opéra célèbre notamment pour sa Gioconda et sa célèbre Danse des Heures.

 

A Milan, Puccini se lie d’amitié avec son condisciple Pietro Mascagni. Mascagni restera dans la postérité pour son Cavalleria Rusticana qui gagnera le concours Sonzogno en 1882 au détriment de l’œuvre présentée par Puccini : Le Villi. Pourtant cette première œuvre lyrique, sur un livret fantastique typiquement romantique recèle déjà des caractéristiques toutes pucciniennes : originalité mélodique, grande attention portée à la qualité de l’orchestration. L’opéra retient l’attention de l’éditeur Riccordi qui prend le jeune Puccini sous sa protection et lui commissionne un nouvel opéra : Edgar. L’échec de la création de l’œuvre en 1889 qui se réitère malgré plusieurs remaniements est sans doute liée à la mauvaise qualité du  livret, mais faillit coûter sa carrière à Puccini. Heureusement, Riccordi lui conserve sa confiance et lui attribue des fonds pour lui permettre de composer un nouvel opéra. Ce sera Manon Lescaut, d’après le roman de l’Abbé Prévost.

 

L’opéra, créé en 1893 est un succès. D’un lyrisme ardent associé à une grande  puissance orchestrale, l’opéra rappelle la jeune école vériste tout en restant d’un grand sentimentalisme.  Avec cette œuvre Puccini signe également sa première collaboration avec les librettiste Luigi Illica et Giuseppe Giacosa (La Bohème, Tosca, Butterfly).

 

  Elvira Gemignani

 

Entre temps, Puccini tombe amoureux d’une de ses élèves de piano. A 24 ans, Elvira Gemignani est mariée, mais cela n’empêchera pas les deux tourtereaux de vivre dans l’adultère jusqu’au décès du mari. Elvira donnera un fils à Puccini : Tonio. A partir de 1891, Puccini s’installe à Torre Del Lago, près de Lucca, où il résidera une bonne partie de sa vie.

 

En 1896 a lieu la première de La Bohème à Turin, conduite par un ami de Puccini : le grand chef Arturo Toscanini.  L’opéra devient rapidement populaire dans le monde entier. Avec La Bohème, Puccini explore des couleurs nouvelles et s’applique à créer une ambiance particulière, parisienne et populaire. La caractérisation poussée des personnages les rend plus proches du spectateur. Musicalement, Puccini conserve la ligne de chant traditionnelle italienne mais en raréfiant les soli et arias au profit d’un discours plus continu.

    

Rolando Villazon - Anna Netrebko - La Bohème.

 

 

Cette modernité d’écriture se renforce dans son opéra Tosca (1900), à l’ambiance plus violente. Ici règnent seulement trois personnages très typés et aux sentiments exacerbés.  La musique, très chromatique évoque Wagner sous beaucoup d’aspects.

 

 

Malgré un accident de voiture subvenu en 1903 et qui le rendra boiteux, Puccini  présente en 1904 sa désormais fameuse Madama Butterfly. Après le réalisme de Tosca, Butterfly offre un dépaysement, une ambiance romantique et orientale. L’opéra est accueilli toute d’abord assez froidement avant de devenir un nouveau succès.

 

A partir de 1904, l’activité du compositeur se ralentit. En 1909 un scandale éclate : la jalousie de sa femme Elvira mène au suicide de leur jeune servante injustement accusée d’être la maîtresse de Puccini.

 

Puccini, désormais riche et célèbre doit prendre du  recul avec son public et ses thèmes.  Il compose alors pour le Metropolitan Opera de New York une œuvre d’un style nouveau. Première œuvre créée au Met, avec le ténor Enrico Caruso et Toscanini à la baguette, La Fanciulla del West peut aussi se vanter d’être le premier Western de l’histoire. Pour être folklorique, l’œuvre n’en est pas moins d’une originalité harmonique incontestable qui n’est pas sans rappeler Ravel. La veine dramatique de Puccini y est plus forte que jamais.

 

Son œuvre suivante, La Rondine, montée pendant la guerre à Monaco en 1917 connaît un succès moindre, peut-être du fait de son livret un peu plat et de son ambiance musicale proche de la grande opérette.

 

En 1918 est créé Le Tryptique à New York. Il est composé de trois opéras courts : un drame vériste: Il Tabarro, une tragédie sentimentale : Suor Angelica et une comédie Gianni Schicchi, resté le plus célèbre des trois.

 

En 1921, Puccini s’attaque à un sujet moins « réaliste » et entreprend la composition de ce qui sera peut-être son chef d’œuvre : Turandot, d’une splendeur orchestrale et vocale hors du commun. Sa composition, longue et difficile sera malheureusement interrompue.  Puccini meurt à  Bruxelles le 29 novembre 1924 suite à une opération tentée contre son cancer de la gorge. 

L’oeuvre sera toutefois terminée par le compositeur Alfano et interprétée en 1926 sous la baguette de Toscanini.

 

Compositeur très aimé de son vivant, devenu riche et célèbre, Puccini était vilipendé par une certaine « élite musicale » avant-gardiste, notamment Fauré et Debussy, qui ne voyaient en lui qu’un auteur d’airs à succès. Il était toutefois très admiré de Ravel et son œuvre a été fortement inspirée par Wagner même si elle conservera toujours un lyrisme tout italien.

 

Julia Le Brun ©.

 

 

N'hésitez pas à reproduire et diffuser cet article avec la mention ©Julia Le Brun pour Le Voyage Lyrique http://coach-opera.blog4ever.com


 

 

 

Extrait vidéo de Tosca, acte 2, scène de la Torture

 

 

Rejoignez la communauté des amis du Voyage Lyrique

Les premiers amis de la page Facebook du Voyage Lyrique gagneront une séance de coaching opéra. 

 

 

 

 

 



14/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 480 autres membres